fbpx

Mila Dietrich, la Techno dans la peau pour un album introspectif et taillé pour le dancefloor

Écrit par sur 2021-06-16

C’est avec un plaisir non dissimulé que nous parlons aujourd’hui de la sortie de l’EP de Mila Dietrich. Intitulé YSSMS, comprenez “You should save me soon”, l’album aux inspirations cinématographiques, est construit comme  une BO. Pour le Protocole Radio, l’artiste nous a fait l’honneur de répondre à quelques questions, pour le plus grand bonheur des lecteurs et mélomanes.

Bonjour Mila, et tout d’abord merci de bien vouloir répondre à nos questions pour les lecteurs et t’écouter également pour les auditeurs…

Bon nous te connaissons mais ce n’est peut être pas le cas de tous, peux tu te présenter de manière succincte?
Hello! Moi c’est Mila, productrice et DJ de techno avec influences variées, basée à Paris et originaire de Marseille

Dans un premier temps, j’ai envie de te demander , en tant qu’artiste et Être Humain, comment vas-tu après cette période somme toute assez particulière?
Ça commence à peine à aller mieux. C’est vrai que ça a été une année très compliquée à gérer, très sombre, en tant qu’artiste mais aussi personnellement. Les projets reprennent vie actuellement, il y a de l’espoir à nouveau et ça fait un bien fou. Je pense qu’on était très nombreux à attendre ce moment pour sortir de cet état de latence dépressive dans laquelle on était tombés

Je suis, enfin nous sommes super curieux, quel est le track que tu écoutes beaucoup en ce moment ou qui t’obsède?
Alors en ce moment j’écoute en boucle Antibodies de Poni Hoax, et plus largement tout leur album Images of sigrid sorti en 2008. C’est assez triste, mais la mort de leur chanteur Nicolas Ker m’a beaucoup affectée, et m’a fait retourner à leur discographie. Je trouve qu’ils ont été précurseurs dans leur façon de mélanger rock et sonorités électroniques. Je trouve leur musique hyper intense.

Je connais par mon petit doigt tes influences rythmiciennes, enfin tu étais batteuse je crois, est ce que tu joues encore?
Bien vu 😉 J’ai écumé les groupes de punk rock il y a 10 ans, avant de passer aux platines et aux logiciels. Aujourd’hui j’en joue encore de temps en temps, mais en solo et sur ma batterie électronique. c’est quelque chose qui ne me quittera jamais je crois

Du coup, j’ai évidemment envie de te demander les styles qui t’ont ou t’influencent toujours?
Vaste question, à laquelle je prends toujours plaisir à répondre! Je viens d’un background rock, donc je suis influencée par des styles comme le punk, le garage, la cold wave et le métal. Ensuite pour les sonorités électroniques j’adore la techno bien sûr, mais aussi la trance et l’ambient. Et j’écoute aussi du rap et de la trip hop. Le panel est assez large tu vois

L’actu du moment c’est ton album fraîchement sorti,“You Should save me soon”, peux tu nous en dire plus sur son élaboration?
J’avais déjà sorti de nombreux EPs et singles, mais You should save me soon c’est mon premier long format. Il est né pendant le second confinement : je me suis isolée dans une caravane pendant 2 mois où j’ai monté un studio éphémère pour y composer au gré des inspirations passagères. Ça a été une super expérience, assez transcendante, qui m’a donné envie d’en faire un disque.

Première chose, les artworks sont cool vraiment, avec qui fais-tu ces clichés?

Merciii! Je les dois à Gael Lapasset, un artiste super talentueux et aussi un ami, qui est devenu mon photographe/graphiste/vidéaste sur cette collab

Mila Dietrich – “You Should Save Me Soon” album pictures

Du genre où, quand , comment?
En studio, tout le temps, intensément.

Ce titre est cool mais énigmatique, comment l’as-tu choisi?
Bonne question! En fait tous les titres du disque sont assez profonds… Ils ont été inspirés par une période sombre et tourmentée, et ça se ressent dans l’histoire qu’ils racontent les uns après les autres

Qu’est ce qui a influencé cet Album?
Les confinements, la pandémie, et une relation toxique, pour les aspects sombres de l’album. L’espoir d’un retour à la vie, l’envie de faire la fête et de se retrouver, pour les aspects plus optimistes de certains tracks (comme Drive and cry). Ce projet d’album a été un vrai exutoire pour moi.

Avec quel matos produis-tu? Quelles machines ou logiciels ont ta préférence?
Je suis en full numérique! Je n’utilise ni machine ni analogique. Je travaille sur Ableton, avec un clavier maître, une armada de VST et pas mal de samples.

Des projets ou des endroits où tu vas jouer prochainement?
Je fais la release party de l’album à Petit Bain à Paris le 21 juin pour la fête de la musique. J’y ai invité des artistes proches du projet et qui me sont chers : Sara Zinger, Denuit, Dépression mondaine et Ghost Dance. J’ai super hâte de retourner sur scène avec eux!
J’ai aussi pas mal de projets de featuring pour les prochains singles…

Si tu devais jouer sur Bordeaux, évidemment la question me démange, où aimerais-tu jouer?

La base sous-marine sans hésiter! Je l’ai visitée la première fois que je suis venue à Bordeaux pour une expo, et j’ai eu un coup de cœur pour ce lieu . Globalement j’adore les lieux qui ont un passé, une histoire, je trouve qu’ils ont la plupart du temps énormément de charme. D’ailleurs je suis aussi une grande fan d’urbex 😉

Voilà, en tous cas merci Mila d’avoir répondu à nos questions, on te souhaite le meilleur à venir encore comme dirait Carl, oh yes oh yes! Longue vie et on espère te voir venir jouer chez nous bientôt!!!
Merci c’était un big Pleasure! Full support à vous et j’espère à bientôt à Bordeaux 😉

Eclectisme et Réflexions

Mila a toujours défendu un gout prononcé pour un profond éclectisme musical, cherchant toujours à déjouer les frontières de styles et de genres… 

On découvre dans cette release de nombreuses références stylistiques cachées. Elles sont des clins d’œil à son background de batteuse de punk rock/grunge. Sur ce disque sa techno/minimal/trance originale se mêle à des influences newwave, ambiant, et même trap dès l’intro. L’univers du cinéma est toujours au rendez-vous sur cet album, avec un enchainement de tracks semblable à la BO d’un David Lynch sous acide, version techno party. L’album réunit aussi de nombreuses collaborations avec divers artistes de son entourage : la chanteuse de dark pop suédoise The Fleurs, le duo de coldwave grenoblois Lovataraxx et le duo techno marseillais acide La croix et la bannière

Ces collab, de plus en plus nombreuses laissent entrevoir une volonté grandissante de la productrice d’élargir encore ses horizons musicaux, et de pousser le mélange de styles au delà de ses propres limites.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


En ce moment

Titre

Artiste