fbpx

Musiques

Max Cooper: un 7ème album au titre énigmatique « Unspoken Words »

today2022-02-11 1

Arrière-plan
share close

Quand on parle de Max Cooper, en général le temps se suspend l’espace d’une sortie d’albums ou d’une collab bien pensée. Une nouvelle fois, l’artiste producteur nous surprend avec un nouvel album au titre assez énigmatique, « Unspoken Words ». Le Protocole Radio s’est, une fois de plus, penché sur le phénomène. Sortie prévue pour le 25 Mars pour ce 7ème opus entre musique émotionnelle et arts visuels.

Unspoken Words

Prévu le 25 Mars sur son label, Mesh , Max Cooper nous targue à nouveau d’une sortie « Spatiale extra-véhiculaire » de grande classe et de toute beauté après une écoute assez dépouillée. Pour l’occasion, le disque de « Max » serait, d’après lui-même l’expression de ces pensées et de son monde intérieur. Je cite,

« Je trouve qu’exister dans mon esprit est une expérience parfois belle, parfois intense, parfois abrasive, désordonnée, déconcertante et implacable », a-t-il déclaré. « J’ai essayé de mettre autant de ce sentiment et de cette forme que possible dans l’album. »

Source @sonofmarketing

La messe est dite ou presque. L’album est également un condensé de ce que symbolise son label. En l’occurrence, nous pouvons y voir la volonté de mieux cerner les transversalités ou les passerelles existantes, les points d’intersection entre Musique, Art, et Sciences. Ce qui n’est pas sans rappeler la démarche d’un certain Jeff Mills…

Par ailleurs, Unspoken Words se verra accompagné de 13 courts métrages de différents artistes visuels, commandés et réalisés par Cooper. Il jouera également plusieurs spectacles audiovisuels en direct en Europe dans les mois à venir, notamment au London’s Roundhouse le 2 avril et au SANDS Festival à Margate le 11 juin. Les « non-dits », traduction littérale du titre de l’album, semblent en tous cas refléter le monde intérieur de l’artiste de façon onirique et musicale à la fois.

Everything, single de liberté

On connaît l’intérêt du « Max » pour les arts visuels, et c’est avec force qu’il comble nos attentes depuis toujours avec son collaborateur habituel. En effet, Cooper a développé l’histoire visuelle de « Everything » avec son collaborateur de longue date Nick Cobby et le photographe Andrey Prokhorov, qui possède une des plus vastes bibliothèque d’images du monde entier.

Revenons sur le single en lui même. « Everything » est une expression passionnante de liberté et de joie, une explosion de couleurs faisant référence aux sons de synthé classiques des années de formation de Max Cooper à l’âge d’or de l’idéalisme dans la musique et la culture populaire des années 80 et 90. Je cite:

«J’aime sentir que tout est possible. Ce morceau de musique portait cette sorte d’idéalisme pour moi « , dit Cooper. « Les synthés semblaient porter l’espoir de tout ce que je pouvais imaginer, condensé dans la simple progression d’accords, les pads improvisés et les couches de distorsion. C’était très amusant de travailler avec, et passer du temps dans cet état d’esprit créatif a généré beaucoup d’idées qui pourraient être rejetées plus tard dans des conditions moins maniaques. »

Le morceau a été présenté comme le morceau Near Future de Mary Anne Hobbs sur BBC Radio 6 Music le 18 janvier avec une introduction de Max. En tant qu’artiste audiovisuel, Cooper utilise souvent le médium de la vidéo pour améliorer sa musique ainsi que les idées et les histoires qui inspirent et informent son travail. « Everything » est l’un des 13 courts métrages combinés dans Unspoken Words et le métanarratif qui sortira sous forme de film sur Blu-ray pour accompagner l’album le 25 mars. On a vraiment hâte de cette sortie au Protocole Radio car les œuvres de Max Cooper, et le terme ne semble pas galvaudé, sont des productions qui s’inscrivent dans l’intemporalité. En tous cas, un grand Monsieur de la Musique Electronique.

 

 

 

 

 

 

 

 

Écrit par: Boris Gouhier

Rate it

Article précédent

Musiques

Neil Frances, premier album, l’Indie Disco solaire et Funky

Le groupe "indé" dévoile son premier album « There is no Neil Frances ». Un doux LP qui nous dépose sur les côtes californiennes, inscrit dans une dynamique 100% électro-indie réchauffé par des sonorités funky. Influences australo-californiennes Neil Frances est un duo américano-australien pétillant, dont le look nous envoie immédiatement sur les plages de Californie. Composé de Jordan Felley (Australie) et de Marc Gilfry (Sud Californie). L’un cheveux longs blonds et le […]

today2022-02-07

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0%