Dans Les Bacs : The Strokes – The New Abnormal

Written by on 2020-04-25

Un album que l’on attendait plus, en tout cas un album pour lequel les attentes n’étaient pas très hautes. Depuis leurs trois premiers disques qui se sont hissés instantanément à la tête d’un renouveau du rock bien mérité au début des années 2000, The Strokes ont un peu déçu leurs fans et la critique.

Bad Decisions, le groupe semble y s’excuser auprès de ses fans par dessus une mélodie pompée sans vergogne sur Dancing With Myself

On peut penser que les quelques tensions au sein du groupe leur avait interdit d’explorer leur style d’une manière qui puisse permettre à leur solide fan-base de s’y retrouver. Mais après une longue pause et des projets solos de la part de différents membres du groupe, les New-Yorkais semblent enfin heureux de se retrouver, et c’est sous la direction du très éclectique producteur Rick Rubin qu’ils sortent enfin l’album de la relève.

Car “The New Abnormal” est une réussite. Il offre des vibes de “Is This It?” (leur premier album) dès l’ouverture sur “The Adults Are Talking”, et c’est une impression qui ne décroît pas sur le reste de l’album. La formule de leur succès est toujours là : des références plus ou moins subtiles aux années 80, un jeu de guitare millimétré, une basse chirurgicale, un son travaillé pour être brut et bien sûr la voix de Julian Casablanca.

The Adults Are Talking

Cependant le groupe ne s’enferme pas non plus dans ce qu’ils ont déjà fait. Les 80’s n’étaient pas vraiment à la mode début 2000, ils ont donc emprunté juste ce qu’il fallait pour que l’hommage New-Wave/Post-Punk soit assez léger à leurs débuts. Mais ce n’est pas la même histoire en 2020 avec le retour de synthés et de boîtes à rythmes iconiques sur le devant de la scène. L’hommage est plus assumé, et paradoxalement ce retour en arrière offre à leur son une mise à jour inespérée. 

Si vous êtes un fan de la première, cet album pourrait bien vous réconcilier avec The Strokes. Et si vous ne connaissez pas encore, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Don’t go there, ’cause you’ll never return


Current track

Title

Artist