Robert Hood et Femi Kuti: fusion des genres et histoire de la Black Music

Écrit par sur 2020-12-06

Certaines captations ou collaborations ne passent pas inaperçues. N’en déplaisent à certains, le Protocole à refouillé dans quelques archives pour nous en extraire une des meilleures. Quand la musique se sublime à travers l’entremêlement des styles et des univers, cela donne un live magnifique entre les deux maestro ainsi qu’un hommage en filigrane à James Brown.

Deux monstres dans la Black Music

Il y a un peu plus d’un an, dans le hall du siège des ADP, les deux artistes signaient une performance live d’une rare qualité. Femi Kuti le fils de Fela le pape de l’afrobeat; Robert Hood fondateur de Underground Resistance et pape de la Techno made in Detroit. Le résultat est parfait et nous rend un soul jazzy électronique teinté des sonorités afrobeat des harmonies de Femi. Un excellent équilibre qui reste également groovy malgré le coté métronomique des drums Machine de Hood

James Brown et expression de la Black Music

“We’re black and we’re proud” nous répète les deux musiciens. Réunis autour de James Brown, leurs univers s’entrelacent parfaitement. Robert Hood laisse place aux improvisations de Kuti et le dialogue se met en place.

Finalement il ne s’agit pas de techno, ni de funk, ni de rock, ni de reggae mais d’une expression de l’âme africaine

traxmag

Si l’on peut observer qu’il existe une rencontre entre deux icônes de la techno et de l’afrobeat, on peut également également y voir un message plus politisé mais néanmoins pacifique.

Le métissage grâce aux racines filiales africaines de Femi, de l’autre James Brown sans qui toute une génération dont fait partie robert Hood n’aurait pas redécouvert les musiques noires.

Entre les deux artistes, l’alchimie devient parfaite; elle participe pour les deux artistes à la réappropriation de leur propres racines et influences musicales diverses. Un véritable bijou à écouter voir et revoir.


En ce moment

Titre

Artiste