fbpx

Yoshi Wada : le Maître s’en est allé

Écrit par sur 2021-06-02

Yoshimasa “Yoshi” Wada a rejoint “YOMI” à l’âge de 77 ans. Le décès de l’artiste japonais a été annoncé par son fils Tashi le 20 mai dernier. Wada a été une figure clé de l’improvisation libre structurée et de l’installation sonore pendant des décennies. Toute une sinécure que vous relate le Protocole Radio.

Fin des sixties et seventies pour inspiration

Après avoir obtenu un diplôme en sculpture, il quitte le Japon pour New York en 1968 et rejoint le mouvement artistique Fluxus. Il participera à des événements avec le fondateur George Maciunas à la fin des années 60.

À partir des années 70, Wada réalise ses propres œuvres de longue durée en se concentrant sur les résonances et les harmoniques. Son “nindo”, utiliser souvent des instruments faits maison.  Modifiés ou construits à partir d’objets tels que les tuyaux utilisés pendant son travail de plombier. Il a également travaillé avec la cornemuse et la voix. Ayant étudié le chant nord-indien avec le chanteur hindoustani Pandit Pran Nath et la musique de cornemuse écossaise Piobaireachd avec Nancy Crutcher.

Par la suite, il utilisera souvent des cadres composés pour organiser des improvisations libres et commencera ensuite à se concentrer sur des installations sonores afin d’explorer son intérêt pour

“l’idée de ne pas être présent pendant que le spectateur expérimente le son”.

Des installations folles

Wada se vit également connu pour ses installations mécaniques et robotiques. En outre, à Pittsburgh, en Pennsylvanie, au milieu des années 1990, il  interprète une pièce au titre fantaisiste, Lament for the Rise and Fall of Handy-Horn.

Dans cette dernière, il utilise plusieurs signaux de « fusée acoustique » à air comprimé utilisés pour les urgences nautiques (la marque « Handy Horn » nommés dans le titre) ont été sonnés pendant toute la durée de leur utilité. Ceci donnant lieu à un environnement de pression atmosphérique alarmant à décibels élevés et à un environnement psychoacoustique chargé. Le travail de Wada a été publié par des labels tels que FMP, EM Records et Edition Omega Point. Au cours des dernières années, il collabore avec son fils Tashi; dont le label Saltern a mis à disposition des sorties clés de Wada en streaming sur Bandcamp.

Regardez une performance de Yoshi et Tashi Wada de 2016.

NDLR: Yomi = le Royaume des morts chez les Japonais et dans la mythologie Shintoïste


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


En ce moment

Titre

Artiste